Programme Expo 2009

 

 

Exposition SELF INFO REPAS

 

 

Le Self Info Repas a été conçu afin de sensibiliser un large public, d’âges variés à l’importance de notre alimentation et de son équilibre.

 

Beaucoup de personnes savent qu’il faut manger de façon variée, mais ne connaissent pas les raisons de cette diversité nécessaire. C’est ce que cet atelier cherche à montrer, l’animateur pouvant adapter le discours en fonction de l’âge des participants.

 

 

 

Le Self Info Repas est un atelier qui peut s’effectuer sur une heure ou sur une demi-heure (avec moins de visiteurs) pour des groupes.

            1 heure pour un groupe d’environ 25 personnes.

            ½ heure pour un groupe de 10 personnes.

La première solution est généralement plus intéressante étant donnée la quantité importante d’informations que l’animateur doit fournir et les interrogations nombreuses qu’ont les visiteurs. Elle est aussi plus adaptée pour recevoir des groupes.

La deuxième solution donne un atelier plus intense et ne laisse pas forcément aux visiteurs le temps de poser leurs questions mais reste intéressante avec un public individuel.

Les interrogations sont généralement nombreuses et ce à tout âge. Il ne faut pas hésiter à demander régulièrement si les visiteurs ont des questions à poser.

 

Cet atelier se divise en deux parties. Tout d’abord, il commence par une explication des panneaux qui se complète par les informations que l’on donne ci-après. L’animateur peut réaliser cette partie en posant essentiellement des questions au public visé.

Ensuite, l’animateur passe à la phase pratique où le self est lui-même utilisé et donnera des explications sur le profil alimentaire qu’il en ressort. Les instructions sont présentées ci-après.

 

exemplaireduquestionnaireselfinfo2

 

explaireduquestionnaireself1

 

 

photo de l'expo self page 7

 

Ci-dessous exposition de l'UNICEF la malnutrition

 

IMGP4280

 

 

Ces deux expositions ont reçu la visite de 464 enfants des écoles et centres de loisirs de l'agglomération.

 

Le mercredi 18 novembre

au Cercle des Citoyens

 

Table ronde sur le thème "Alimentation et précarité"

 

Animée par Pierre Daugreilh (formateur-sociologue)

Danièle Durou (resto du coeur)

Françoise Poggi (Secours Populaire)

 

Quelques réflexions de la table ronde dans l'article suivant :

 

 

Alimentation et précarité au cœur du débat citoyen

 

Les crises économique et sociale qui affectent notre société depuis plusieurs années, ont eu pour conséquence une forte progression du chômage et de la précarité. Les comportements alimentaires s’en sont trouvés très fortement modifiés, de même que le rapport de l’individu face à cette problématique de l’alimentation.

Mais celle-ci ne se réduit pas uniquement à un problème économique. Elle est au carrefour de l’affectif, du culturel et du social. Les problèmes de malnutrition ou de déséquilibre alimentaire sont toujours multifactoriels.

IMGP4274

Après une analyse sociologique sur ce thème, Pierre Daugreilh a précisé que, selon les catégories sociales des consommateurs, les éléments recherchés en priorité sont les suivants : les prix bas (23%), le plaisir  (22%), la qualité (19%), la santé (15 %), « manger pour vivre » (13 %) et une alimentation diversifiée (8 %).

 

En France, 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté (800 €/mois), 4 millions de retraités disposent de moins de 1.000 €/mois pour vivre.

 

A Toulouse, selon l’enquête menée par les journalistes de La Dépêche du Midi : 

«  Près d’un étudiant sur deux est contraint de sacrifier en moyenne trois repas par semaine et consacre à peine 125 € mensuellement à l’alimentation, soit 4 €par jour.  Depuis la rentrée 2009, en 2 mois, 250 étudiants ont frappé à la porte du Secours Populaire de Toulouse. ».

 IMGP4276

Dans les Landes, la précarité atteint, de façon plus significative, des familles monoparentales, des femmes seules sans ressource ou occupant un emploi précaire, des retraités (en ville comme en zone rurale), les bénéficiaires des minima sociaux (RSA, Assedic, AAH…), les jeunes sans revenus (sortis du système scolaire) et une nouvelle catégorie de salariés que l’on nomme « les travailleurs pauvres ».

Françoise Poggi a mentionné que, durant l’année 2007/2008, le Secours Populaire a accueilli 1532 familles, et, sur l’exercice 2008/2009, 2136 familles dont 34% de personnes seules.

     Concernant les « Resto du Cœur », Daniele Durou a précisé que pour la saison 2008/09, plus de 4856 personnes soit environ 1800 familles, ont bénéficié de l’aide alimentaire.

      Ces chiffres ne régressent pas, bien au contraire, même si la porte menant à ces associations reste toujours aussi difficile à pousser ; les sentiments souvent exprimés étant

« Honte d’y aller ! » «  Honte que l’on me voit »…

IMGP4277

     Ces associations mènent en partenariat et en complémentarité avec d’autres (Croix Rouge, Secours Catholique, CCFD, Epiceries sociales, etc.…) des combats pour lutter contre la précarité et toutes souffrent d’une insuffisance de moyens. Elles sont confrontées à un double phénomène : une augmentation des prix en même temps qu’une diminution de la collecte d’aliments et des demandes d’aides alimentaires en forte croissance.

Une équation quasiment insoluble !!!

       Elles accomplissent un travail extraordinaire .De par leurs multiples actions, ces associations jouent, dans notre société, un rôle essentiel dans le maintien de « la paix sociale ».

 

                     Arlette Tapiau-Dangla

 

 

article de presse SO

 

 

 

 

.