Une histoire, des peuples

Bien qu'un métissage ait suivi chaque vague d'immigration, l'influence indonésienne est encore aujourd'hui perceptible dans l'Est du pays et les montagnes alors que l'ouest est majoritairement africain. On distingue 18 tribus ( groupes ethniques);les Mérinas, les Betsimisarakas et les Betsiléos représentant à elles seules 53 % de la population.

Il existe un conflit séculaire entre ces différentes ethnies; les Mérinas des hauts-plateaux du centre,  anciens maîtres du pays, sont brouillés avec les côtiers depuis le 19ème siècle.

En 1896, Madagascar a été intégrée à l'empire colonial français. La période suivant la 2ème guerre mondiale fut marquée par la reprise de l'agitation nationaliste. En 1946, Madagascar obtient le statut de territoire français d'outre-mer et fut dotée d'une assemblée provinciale élue, aux pouvoirs limités. En mars 1947, les nationalistes organisèrent un soulèvement armé dans la région orientale qui se termina en août dans le sang. Dès lors, le gouvernement multiplia les efforts pour améliorer l'économie mais toutes les tentatives de réformes politiques se brisèrent sur les intérêts coloniaux.

En 1958, Madagascar devint une République semi-autonome dans le cadre de la Communauté française avec ,comme président, Philibert Tsiranana , chef du parti social démocrate.

Le pays accéda à l'indépendance le 26 juin 1960 et fut admis au sein de l'O.N.U. puis intégra ensuite l'Organisation de l'Unité Africaine.

Le système scolaire

Plus d’un quart des enfants en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisés à Madagascar. Plus d’un million d’enfants exclus du système scolaire en raison de la pauvreté de leur famille mais aussi des difficultés que connaît le pays.

Après une dizaine d’années de progrès dans le secteur de l’éducation, la crise de 2009 a entraîné une chute  de 10% de la scolarisation ; en effet,  83 % des enfants allaient à l’école en 2005, ils n’étaient plus que 73 % en 2010. En une seule année  entre 2010 et 2011, 700 000 enfants n’ont pas été scolarisés  « Cela pose un véritable problème pour le développement futur du pays » (cf. S. Lauwerier,  représentant Unicef à Madagascar).

La cause principale de cette involution est l’appauvrissement de la population.  Le contexte économique conduit les familles à déscolariser leurs enfants. Il faut prendre en compte la réduction du  budget du ministère de l’éducation et des moyens alloués aux écoles.

Situation économique

Depuis  début 2009, la crise politique interne contribue à amplifier les effets de la crise économique mondiale. La plupart des secteurs économiques sont touchés , qu'ils soient tournés vers l'exportation ou vers le marché intérieur. En 2011, la croissance a été de 1 % contre 7,1 % en 2008( données de la Banque mondiale).

L'agriculture occupe 70% de la population active et représente 20% des exportations. Les produits de la mer , dont la crevetticulture et la pêche, représentent la moitié des exportations du secteur primaire. Viennent ensuite les fruits tropicaux, les cultures  diverses: girofle, cacao, café, poivre, vanille...).

Le secteur secondaire représente près de 15% du P.I.B. Avant la crise, le gouvernement souhaitait développer l'exploitation des ressources minières dont le pétrole, le fer, le bauxite, l'uranium et le charbon.

La situation sociale

 Elle est fortement inquiétante : la pauvreté qui touchait 68,7 % du peuple en 2005 est passée à 76, 5 %en 2011. Il s'en est suivi une déperdition scolaire importante qui a doublé pour arriver à 138 000 enfants non scolarisés de plus suite à une réduction du tiers du budget du secteur.

L'accès aux soins est très difficile: 214 centres de santé ont fermé en 2011 et on note des ruptures de stocks de médicaments dans les zones enclavées Les IST(Infections sexuellement transmissibles) touchent essentiellement les mineurs .

Quant à l'insécurité alimentaire, le sud ouest du pays semble le plus touché selon les études de l'UNICEF et du PAM.. Quelques villages y atteignent un taux de malnutrition très aigüe.

Le taux de chômage augmente dans tout le pays et les femmes sont les premières touchées.

C'est là une réalité sociale navrante que ne mérite certainement pas Madagascar du fait de ses ressources potentielles.

Le climat

 Madagascar a un climat de type tropical avec en général deux saisons bien distinctes

            *été chaud et humide de novembre à avril

            *hiver frais et sec de mai à octobre.

Toutefois, certaines zones de hauts-plateaux centraux peuvent avoir un climat tempéré et retrouver les 4 saisons.

La façade orientale est arrosée tout au long de l'année, les précipitations peuvent aller jusqu'à 4 000 mm/an . A l'opposé, l'extrême sud est très aride.

La religion

  • 52 % des malgaches pratiquent des croyances traditionnelles basées sur le respect des ancêtres.
  • 41 % sont chrétiens, essentiellement catholiques et protestants
  • 7 % sont musulmans

Imprimer